Le bon moment

Accompagné de ma dignité, je m’étale sur la patinoire. Oh, désolé! Je voulais dire trottoir! Beau pays, ce petit Canada. Vous pouvez distinguer l’ironie?

Non, mon cœur est rempli d’amour pour ses paysages, ses montagnes, l’architecture et le monde qui l’habite. Malheureusement, je ne pense pas que mes articulations en disent de même. La glace est mince et couverte de particules d’eau vue l’étrange température élevée de février. Pas la meilleure option pour les bottillons à talon.

Je me relève tranquillement et direction restaurant. Le Cendrillon, belle adresse pour bulles et huîtres à Québec, sans oublier l’ambiance. Si vous voulez être «in», une place au bar est à privilégier! Mon frère m’attend. Grande discussion à avoir avec le frérot. On prévoit depuis plusieurs mois de partir en voyage durant l’été. N’étant même plus dans la même province, une rencontre s’impose. On s’installe, un verre de vin pour moi et une IPA en fût pour monsieur. La conversation se dirige vers le sujet tant attendu. Tel un éléphant dans une boutique de porcelaine, dure de dévier la conversation.

- Ce n’est pas le bon moment.

L’importance qu’a cette phrase dans nos vies. On se la fait dire et on l’a dit. Tout le monde y a droit. Parfois vraie, parfois fausse, malheureusement et pourtant souvent juste. On laisse les projets de côté. Les priorités doivent être prises en compte, sans aucun doute! Ne va sans dire que cette phrase s’accompagne de tristesse.

Pas très longue la déception, vu le deuxième plat qui prend place devant nous. Le bonheur reprend le dessus. Nos verres se font remplir vivement par notre chère serveuse.

- On a la vie devant nous.

Le voyage n’aura pas lieu. Les obligations de la vie courante s’imposent. Un déménagement, les études, un bébé, l’argent… Ici cesse mon éloge à l’espoir de temps libre. Croquer dans la vie à pleines dents, c’est aussi de faire des erreurs, tout en se respectant dans le processus. Je ne suis pas déçu. C’est la vie. Il est pour sûre que cette conversation mène vers un but. Le temps n’a pas tendance à s’arrêter pour lancer une perche à ceux «qui tire de la patte» (belle expression qui veut dire être en retard). Les objectifs se réalisent si le cœur y est. Ils deviennent importants. Le bon moment n’existe pas. Planifier est une étape et l’action est sa complémentaire.

Le souper est terminé. On sort et on se dirige chacun de son côté. Quel merveilleux souper!

 

PS : Même endroit, même chute à mon retour. Je ne peux pas accuser l’alcool, seulement la maladresse.

 

source: cover