Her Campus Logo Her Campus Logo

Nous sortons à peine des fêtes de fin d’année que déjà apparaissent sur les étalages et dans les vitrines des galettes de toutes sortes (brioches, frangipanes, pains au lait, fruits confits, etc.) plus appétissantes les unes que les autres. Le but? Trouver la fève pour être couronné roi ou reine. Mais vous êtes-vous déjà demandé d’où venait la tradition de tirer les rois? 

Plus fêtée en Europe et en Amérique Latine qu’en Amérique du Nord ou en Asie, l’Épiphanie est, à l’origine, une célébration chrétienne. Elle symbolise l’arrivée des Rois Mages, Gaspard, Melchior et Balthazar à Bethléem, auprès de l’Enfant Jésus, 12 jours après sa naissance. C’est l’une des raisons pour lesquelles la fête des Rois se tenait traditionnellement le 6 janvier. 

[bf_image id="9v6f9j4r57kvnjsqpg6tvgrr"]

Néanmoins, la religion n’explique pas la galette! En effet, nous devons plutôt ce dessert aux Romains qui, au cours de la semaine des Saturnales (fêtes qui, dans la Rome antique, étaient dédiées à Saturne, le dieu de l’agriculture), partageaient, le 6 janvier, une galette avec leur(s) esclaves, leur donnant ainsi la chance de devenir « rois d’un jour » et d’échanger de place avec leurs maîtres pour 24 heures s’ils obtenaient la fève. L’Épiphanie viendrait donc aussi d’une fête païenne. Pour certains, la galette symboliserait même le soleil; une manière de souligner le solstice d’hiver, et le retour de la lumière grâce au rallongement progressif des journées. 

Aujourd’hui et depuis le XVIIe siècle, fête chrétienne et fête païenne coïncident. Cependant, elles ne se fêtent plus le 6 janvier mais le premier dimanche de janvier. 

Et la fève alors? À l’origine, la fève était bel et bien une fève de haricot que l’on glissait dans la galette. Depuis, elle a beaucoup évolué jusqu’à devenir la petite figurine de porcelaine représentant tantôt Obélix, tantôt Olaf que nous connaissons tous. 

Tirer les rois : mode d’emploi

Dans ma famille comme dans beaucoup d’autres, tirer les rois faisait généralement l’objet d’un rituel bien particulier : à la fin du repas et par souci de justice, le plus jeune enfant de la famille se mettait sous la table et attribuait les parts de galette selon son bon vouloir tandis qu’un adulte les servait au fur et à mesure. Ensuite, la personne qui avait la chance de trouver la fève dans sa part était couronnée reine. Cette dernière devait ensuite choisir son prétendant ou sa prétendante- étape qui donnait souvent lieu à de nombreuses discussions, chacun arguant qu’il ferait un meilleur roi ou une plus belle reine que l’autre. 

 

Just an adventure addict traveling through university. Passionate about life, old books, and coffee.
Similar Reads👯‍♀️